Desserte


Si le réseau de desserte en foret est assez dense, il n’est cependant plus adapté aux nouveaux enjeux de l’exploitation et aux machines modernes. De nombreux chemins sont de fait difficilement praticables…
 

Mobilisation du bois et amélioration des infrastructures :

La Charte Forestière accompagne les Communes dans leurs projets de création de route forestières, de pistes de débardage et de places de dépôt de bois. Elle conseille en amont de la réalisation des projets (démarches administratives, trouver une maitrise d’oeuvre-Experts forestiers, ONF, COFORET,...).

 

Vers une desserte entretenue et multifonctionnelle

 

Loin d’être une question simple à traiter, cette problématique de l’entretien à long terme des chemins forestiers pour des usages multiples, est au cœur des préoccupations de la charte forestière. La charte est pro-active et propose des outils pour accompagner les acteurs vers un usage des chemins et une perception de la filière bois qui soient raisonnés en fonction des éléments suivants :

  • Dans un contexte de transition énergétique et de fragilité économique, l’essor de la filière bois énergie est une opportunité pour les territoires ruraux.
  • Les professionnels travaillent de façon qualitative (marquage des arbres, sélection pour des produits spécifiques) avec ou sans concours d’experts forestiers et/ou se sont positionnés sur la filière bois énergie et sont à la recherche d’un volume de bois pour répondre à la demande, honorer un contrat d’approvisionnement, etc. Les professionnels dans leur ensemble suivent les évolutions du métier et s’équipent avec des machines modernes : par exemple une abatteuse peut être utilisée autant sur un chantier de bois énergie (volume) que lors d’une coupe d’amélioration en futaie irrégulière.
  • Toutefois, les infrastructures (pistes, places de dépôt) n’évoluent pas aussi vite que les méthodes d’exploitation et ne sont pas toujours adaptées aux engins modernes.
  • Contrairement à une idée reçue, les chemins ont des propriétaires -soit des privés, soit des communes, et l’ouverture ou la fermeture au public, ou encore l’aménagement de ces chemins relève uniquement de leur seule décision.
  • les propriétaires des chemins sont accompagnés par les pouvoirs publics via des taux d’aide significatifs pour créer des infrastructures adaptées. Cela permet d’accéder à la ressource et en même temps de canaliser la circulation d’engins forestier à fort tonnage sur des routes structurantes.

La Charte Forestière des Chambaran a proposé aux propriétaires et aux professionnels du bois d’engager une démarche de dialogue par l’instauration d’états des lieux avant et après utilisation des chemins.
Il est possible de déclarer son chantier en ligne ici

Plan du site